Sarah, une petite épine verte dans le Grand Paris

La ferme familiale de Rosny sur Seine fait sa transition agricole

Je m'appelle Sarah Le Coq, 35 ans, et je suis la 3ème génération d'agriculteurs sur la ferme du Beauvoyer à Rosny sur Seine, en zone péri-urbaine, visée par une expropriation dans le cadre du Grand Paris.

Je travaille avec mon père 110 ha de terres morcelées sur plusieurs villages, dont plus de la moitié sont des baux ruraux. Mais notre atout a toujours été l'adaptation... ferme de production laitière de 1930 à 1982, puis céréalière pendant 35 ans (avec une méthode de production intensive si chère aux années 1970/1990...).

Mon père avait commencé à diversifier avec 2,5 hectares d'asperges, 2000m² de fraises et depuis mon arrivée en 2011, j'ai créé 1,5 hectare de maraichage diversifié soit 80 espèces de légumes et fruits par an... en vente directe à la ferme. Je suis en bio non certifiée. Nous ne cherchons pas à maîtriser systématiquement le vivant... Un écosystème équilibré est constitué de différentes espèces végétales, et animales, qui interagissent ensemble... Les produits chimiques sont proscrits et nous voyons avec bonheur revenir des espèces qui ne descendaient plus dans la plaine.

Depuis mon installation, l'activité croît de 10 à 20% tous les ans, donc les surfaces de légumes augmentent aussi. La clientèle se fidélise grâce au goût retrouvé, et le bouche-à-oreille est notre principale arme de communication... Les consom'acteurs sont là, et de plus en plus nombreux, pour notre plus grand plaisir !

Je souhaite développer une agriculture qui réponde aux enjeux de demain. Je souhaite réduire l'impact de ma façon de vivre et de travailler sur mon environnement. L'autonomie alimentaire des villes et villages... ni plus ni moins !!! Les paysages de grandes cultures doivent se mailler de productions légumières diversifiées, ainsi que d'élevages, pour centrer des économies croisées, préserver nos terres agricoles si rares en Ile-de-France, et peut-être inspirer une jeunesse à une vie plus saine et plus respectueuse de l'homme, des animaux, de son environnement et du Vivant.



Préparer la transmission suite à la retraite de mon père

Ancrer l'agriculture sur Rosny sur Seine, cela veut dire grandir, compléter, offrir de nouveaux produits et services pour développer l'économie locale... Pour m'ancrer à Rosny, je dois embaucher, notamment pour remplacer mon père qui prend sa retraite dans 2 ans. Seule, je ne peux plus créer de nouveaux ateliers, ou même agrandir encore les surfaces en maraîchage. Nous voulons créer des emplois, et même installer des jeunes en couveuse.


Ensemble sauvons Au Pays du Citron
Une ferme biologique pour nourrir un village

Articles en relation